Ma réflexion du jour : c’est quoi la pauvreté ?

Infos

Ma réflexion du jour : c’est quoi la pauvreté ?

Voici quelques idées tirées dans un document de DSRP (Document de Stratégie de la Réduction de la Pauvreté ) que je voudrai partager avec vous :

« Le concept de pauvreté admet une diversité de définitions en fonction des domaines.
D’après le Larousse, la pauvreté est le manque de ressources financières d’une personne, d’une collectivité ou d’un pays.

Le DSRP à énuméré certaines définitions que nous reprenons dans ce travail :

– La pauvreté est l’état d’un individu ou d’une communauté, qui n’arrive pas à satisfaire ses besoins fondamentaux (manger, boire, se soigner, s’éduquer, éduquer les enfants, se loger..) ;

– La pauvreté est une situation caractérisée par une insuffisance de moyens financiers et matériels nécessaires pour assurer le bien être d’un individu, d’une communauté ;

– La pauvreté est l’état de manque, d’insuffisance et de précarité dans lequel vit un individu, un ménage, une communauté ;

– La pauvreté est un état d’incapacité d’un individu, d’un ménage, d’une communauté d’accéder aux biens matériels, aux services sociaux de base (éducation, santé, information, transport, eau potable, électricité, loisirs) ;

– La pauvreté est l’état de manque, d’insuffisance du minimum vital, du minimum nécessaire pour mener une vie décente, normale ;

– La pauvreté traduit un manque de moyens financiers, matériels, spirituels, intellectuels, mentaux, culturels et une misère visible.

De toutes ces définitions nous retenons que la pauvreté est un état d’insuffisance, de manque et de précarité.

Les dimensions de la pauvreté :
La pauvreté comprend plusieurs dimensions : monétaire, matérielle, intellectuelle, culturelle, spirituelle etc. Dans le cadre de ce travail nous nous intéressons aux dimensions monétaire et relative.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, montagne, plein air et nature

Pauvreté monétaire

La pauvreté monétaire traduit une insuffisance de revenus qui limite fortement les possibilités de consommation. On considère que la pauvreté existe lorsque le niveau de vie est en dessous d’une certaines limite, le seuil de pauvreté. Dans le cadre de la pauvreté « absolue ou monétaire » on utilise un seuil de pauvreté absolue. Ce seuil à un avantage de catégoriser les personnes d’un même niveau de vie en « pauvre et non pauvre ».

Pour rappel, le Tchad compte aujourd’hui 48% des pauvres dans sa population totale contre 55% en 2002, dont 87% vivent dans le milieu rural. Cette définition tient compte seulement de la pauvreté au sens monétaire et non le nombre des analphabètes et illettrés qui s’élève à plus de 70% de la population totale.

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau et plein air

Alors a t-on véritablement mené des politiques publiques pour combattre efficacement la pauvreté y compris avec le revenu pétrolier qui a généré dans les caisses de l’Etat plus de 12 milliards de dollars $ depuis 2003 ?
Si on s’en tient aux statistiques de la Banque Mondiale, en 2002 la pauvreté touchait 55% de la population totale contre 48% aujourd’hui , soit une baisse de 7% en 15 ans bien que sur la même période, le PIB était passé de 4 milliards de dollars $ à 14 milliards de dollars $ en 2014, le PIB/h de 250 dollars $ en 2002 à 1200 dollars $ (prix constant), les infrastructures économiques et sociales ont été multiplées, l’espérance de vie à la naissance a évolué de 46,7 ans en 2002 à 51,8 ans en 2015….

Par Kebir Mahamat Abdoulaye

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*