Un missile nord-coréen passe à proximité d’un vol Air France

Infos

C’est une information qui fait froid dans les dos. Un Boeing faisant la liaison Tokyo-Paris a survolé, à quelques minutes près, la zone où le missile balistique tiré par Pyongyang s’est écrasé vendredi, en mer du Japon.

Avons-nous évité le pire ? Selon ABC News, un vol Air France se trouvait à proximité de la zone où s’est écrasé le missile balistique tiré par la Corée du Nord vendredi. Le Boeing 777 effectuait le trajet Tokyo-Paris, avec 332 passagers à son bord.

L’appareil a survolé la zone où le missile s’est abîmé en mer du Japon seulement dix minutes auparavant. Au moment de l’impact, le vol AF 293 ne se trouvait donc qu’à une centaine de kilomètres, une broutille en termes de navigation aérienne.

Air France rassure ses passagers

Air France a tenu à rassurer ses passagers. Dans un communiqué adressé à ABC News, la compagnie aérienne a affirmé que les zones de tests de missiles de la Corée du Nord “n’interfèr(aient) en aucune façon avec les voies aériennes d’Air France”. En outre, “aucun incident n’a été signalé” sur ce vol, a ajouté la compagnie française. Le communiqué précise même qu’ “en coopération avec les autorités, Air France analyse constamment les zones de survol potentiellement dangereuses et adapte ses plans de vol en conséquence”.

“Hors de contrôle”

Le 4 juillet dernier pourtant, après un tir de Pyongyang, les Etats-Unis avaient déjà exprimé leur inquiétude quant aux vols commerciaux transitant dans la région. “Ce missile a survolé un espace aérien saturé par les avions de ligne. (…) Il a atterri dans la zone économique exclusive du Japon, et une zone qui est utilisée par des navires commerciaux et de pêche. Tout cela est complètement hors de contrôle”, avait alors déclaré Jeff Davis, le porte-parole du Pentagone.

David Soucie, un expert en sécurité aérienne interviewé par CNN, estime également que ces missiles tirés en dehors de l’espace aérien nord-coréen représentent bien une menace pour l’aviation civile, même s’il y a “une chance sur plusieurs milliards” qu’un tel drame se produise.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*