CTDDH, AFDCPT, OPDH, MCPL, COPES, CTVC, ATPDD – Communiqué de presse N°_002_ / Coordination / 2017

Infos

CTDDH, AFDCPT, OPDH, MCPL, COPES, CTVC, ATPDD
66267981, 66294085, 66205404, 66377105, 66 23 66 88, 66280792, 66455590

Communiqué de presse N°_002_ / Coordination / 2017

Nous, organisations de la société civile dont les dénominations sus-mentionnées assistons avec regret à la situation politico-judiciaire qui prévaut à Moundou. Ce qui convient désormais d’appeler ‘’Affaire Laoukein Médard’’ a pris des proportions inquiétantes et a tout l’air d’un règlement de comptes savamment orchestré par des mains du pouvoir en place. Sinon comment comprendre que dans un Etat dit de droit, on viole les principes élémentaires d’un Etat républicain fonctionnant avec des textes?

La cabale ourdie contre l’ancien maire de Moundou est une énième mise en scène qui laisse pantois plus d’un observateur. Combien ont-ils été mis en taule et punis, ceux qui ont pillé, détourné à ciel ouvert à la mairie de N’Djaména ou dans des ministères, et qui, du jour au lendemain, se retrouvent sous le parapluie du MPS pour ensuite narguer davantage les Tchadiens ?

L’exemple du maire de la commune du 7ème Arrondissement de N’Djamena destitué par son Conseil Municipal pour malversations financières, continue à exercer allègrement ses fonctions de Maire sur injonction des responsables du MPS ; cette affaire bien ficelée vise tant à faire taire un adversaire politique qui les empêche de dormir ; ce sont deux (2) poids, deux (2) mesures, qui mettent en évidence le caractère trivial et inégalitaire des tchadiens devant la loi.

Comme si cela ne suffisait pas, son avocat, Maître Boniface Mouandilmadji est menacé de mort par le commandant du corps urbain du commissariat de la police de Moundou qui est en principe un auxiliaire de justice. Le mépris et le déni des droits de l’homme restent la marque de fabrique de ce régime qui a montré ses limites aux yeux des Tchadiens. Jusqu’à quand continuerons-nous à subir de telles humiliations ?

Nous exigeons que le droit soit prononcé sur cette affaire, mieux la relaxe pure et simple de Laoukein Kourayo Mbaiheurem Médard. En outre, nous attirons l’attention du gouvernement du Tchad de cesser immédiatement les intimidations et toutes sortes d’immixtion dans cette affaire. Pour finir, nous tenons pour responsables les autorités administratives et militaires du Logone Occidental de tout ce qui adviendra à Laoukein Kourayo Mbaiheurem Médard.

Par ailleurs les organisations signataires exigent que cessent les intimidations et autres menaces contre Maitre Boniface Mouandilmadji, avocat de M. Kourayo Médard, et rendront le Commandant du corps urbain Ahmat Fayçal responsable d’éventuelles atteintes à son intégrité physique.

Fait à N’Djaména, le 19 juillet 2017

Les organisations signataires

N° Noms et prénoms Responsables Signatures
1. MAHAMAT NOUR IBEDOU
2. MME NARMADJI CELINE
3. MAHAMAT ZENE OUMAR ABDEL-AZIZ
4. MBERNODJI SOSTHENE
5. DINGAMNAYAL NELY VERSINIS
6. ISSAKHA DOUNIA HAROUN
7. GAMO REMY

Ampliations :
• Présidence de la République
• Ambassadeur de la Délégation de l’Union Européenne
• Ambassade France
• Ambassade de l’Allemagne
• Ambassade des Etats Unies
• Représentation diplomatique de la Suisse
• Délégation de l’Union Africaine
• PNUD
• FIDH
• Amnesty International
• Ministère de la Justice
• Ministère de Sécurité publique
• Ministère de l’Administration du Territoire
• Haute Cour de la CEMAC
• Haute Cour de Justice
• Assemblée Nationale
• Cour Suprême

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*