Tchad: le Député Saleh Kebzabo rappelé à l’ordre par Madeleine Alingué, Porte-parole du gouvernement

Infos

(N’Djaména, 24 août 2017) – Dans une mise au point publiée hier, le ministre de la Communication, chargé des Relations avec l’Assemblée nationale, et Porte-parole du gouvernement, Madame Madeleine Alingué a dénoncé les propos de « nature outrancière et inadmissible » tenus par le Député Saleh Kebzabo.

Dans une conférence de presse tenue ce mardi 22 août 2017, l’opposant Saleh Kebzabo, président de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau (UNDR), est monté au créneau pour exiger un dialogue inclusif et menacer d’organiser une contre-manifestation pendant la table ronde pour le financement du Plan National de Développement (PND) du Tchad, prévue du 6 au 8 septembre prochain à Paris. «Nous ne sommes pas contre les aides pour notre pays, mais nous exigeons qu’elles soient soumises à l’organisation d’un dialogue inclusif après la réunion de Paris, à l’organisation des élections législatives et communales en 2018, à l’application des lois 19 et 20 2009 pour une vie démocratique réelle, sans entraves partisanes de pouvoir et à la mise en place des mesures d’économie réelles dans la gestion du pays», a déclaré le leader de l’UNDR.

« Les propos tenus par Saleh Kebzabo sont de nature outrancière et inadmissible. S’il est du droit de l’opposition de se prononcer sur les sujets qui touchent le pays, cet exercice doit se faire dans la responsabilité et le sérieux nécessaire au rôle », a répondu le Porte-parole du gouvernement, Madame Madeleine Alingué.

« La table ronde de mobilisation de ressources pour le plan national de développement est une stratégie qui vise exclusivement l’émergence économique et le mieux être des populations. Au moment où le Tchad, à l’instar de nombreux pays dans le monde fait face à une grave crise financière, il est du devoir du gouvernement d’explorer les voies nécessaires pour juguler la crise et offrir les meilleures perspectives au développement de la nation. Cette bataille doit donner lieu à une union sacrée. Les propos tenus par Saleh Kebzabo sont de nature outrancières et inadmissibles. S’il est du droit de l’opposition de se prononcer sur les sujets qui touchent le pays, cet exercice doit se faire dans la responsabilité et le sérieux nécessaire au rôle. Il est même surprenant, voire même aberrant que Saleh Kebzabo, qui a été plusieurs fois ministre, conditionne la tenue de la table ronde à des revendications politiciennes et partisanes. Le gouvernement tient à informer avec force et vigueur que rien n’empêchera la table ronde des 6, 7 et 8 septembre à Paris », a-t-elle conclu.

https://www.tchadpages.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*