Zuckerberg : « Les Arabes sont le seul peuple qui me fait regretter d’avoir créé Facebook ! »

Infos

Après le tollé soulevé par les dispositions qu’il a prises pour lutter contre les publications sans intérêt et le gaspillage de temps sur Facebook, Zuckerberg a eu la gentillesse de nous accorder cet entretien :

  • Quel genre de publication vous énerve le plus ?
  • D’abord ce qui relève du narcissisme pur. Certaines personnes croient que le monde tourne autour d’elles et que, partant, tout ce qu’elles publient intéresse tout le monde. En quoi ça m’intéresse de savoir qu’un ami uniquement virtuel ou même réel se trouve à tel restaurant ou passe ses vacances dans telle ville ? Qu’est-ce que ça m’apporte ? Les amis proches se téléphonent pour se tenir au courant de ces choses-là, mais, sur Facebook, les autres, putain, qu’est-ce qu’ils s’en foutent ! Quant aux selfies, j’ai dit ce que j’en pense dans mon communiqué. Et puis il y a ceux qui partagent tout et n’importe quoi et inondent ton mur de publications toutes aussi débiles les unes que les autres, une toutes les cinq minutes. F**k ! Deux ou trois « amis » de ce genre et tu ne vois plus rien d’autre sur ton mur que les conneries qu’ils partagent. Eh, un peu de respect pour les autres, mother f*****s ! J’ai bien envie de limiter les publications à trois par jour.

Comme notre invité montre des signes d’énervement, nous lui proposons de goûter nos cornes de gazelle pour se calmer un peu et poursuivons la conversation :

  • Comment ont été accueillies vos dernières décisions ?
  • Avec beaucoup de satisfaction. La plupart des gens sont exaspérés par ce qu’ils trouvent sur Facebook et ils pensaient tous qu’un grand nettoyage s’imposait. D’autres, notamment ceux qui ont fait les frais de ces nouvelles règles ont parlé de dictature numérique, de censure et même de totalitarisme. Je les laisse dire.
  • Que pensez-vous de l’usage que font les Arabes de votre réseau social ?
  • Les Arabes sont le seul peuple qui me fait regretter d’avoir créé Facebook ! Imaginez, ils ont inventé cette formule diabolique : « Si tu ne cliques pas sur ‘’J’aime’’, sache que le diable t’en a empêché ! » What the f**k ! Sérieux ? Ou alors : « Réussirons-nous à atteindre 1000 ‘’J’aime’’ pour notre Prophète ? » Ou encore : « Quelqu’un dira-t-il subhan allah ? » C’est le seul peuple qui utilise la religion uniquement pour recueillir le maximum de ‘’J’aime’’, de commentaires et de partages. Et le troupeau suit, et aime, et partage. F**k ! Ils vont me rendre fou. Ils ont même pensé à imaginer un Juif qui les défie de réunir ces putains de ‘’J’aime’’ !
  • Allez-vous réagir à cela ?
  • À cause d’eux, je pense sérieusement à ajouter des boutons comme « F**k you» ou « So what, mother f***** ? ». Jusqu’à présent c’est mon désir de promouvoir la fraternité et le respect sur mon réseau qui m’en a empêché. Mais ces conneries me font oublier toutes les règles de la politesse.
  • Quel est votre problème avec Mariées marocaines ?
  • Cette page représente à mes yeux l’exemple type des publications qui ne servent strictement à rien. Un bon post doit m’apprendre quelque chose, me faire réfléchir, m’émouvoir ou me faire rire. Or, des photos de couples mariés, malgré tous mes efforts pour comprendre, je ne vois vraiment pas à quoi ça sert.

Avant de partir, Zuckerberg tient absolument à ajouter qu’il ne comprend pas non plus ceux qui partagent, en signe de deuil, la formule « Nous sommes à Dieu et à lui nous retournons » et disparaissent pour plusieurs heures, alors que leurs amis leur demandent, angoissés, qui est décédé. « Putain, t’es en deuil mais t’as la force de partager cette formule mais pas celle de dire qui est mort ? » Et il ajoute que ce qui l’énerve encore plus ce sont ceux qui l’écrivent : إن لله و إن إليه راجعون au lieu de إنا لله و إنا إليه راجعون « Il y a de quoi avoir envie de rejoindre le/la défunt(e) dans son sommeil éternel, loin de ce peuple de fous ! »

Enfin, il nous félicite pour le nom que nous avons choisi : « Akhna, ça veut dire cul en amazigh, n’est-ce pas ? Awesome, I love ass ! »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*