Sénégal : L’imam viole la fille, l’engrosse et se défend: » je suis impuissant… »

Infos

L’imam viole la fille, l’engrosse et se défend:  » je suis impuissant… « 

Son sermon ne lui a pas permis de se tirer d’affaire, hier. Oumar Thioubou, imam à Diamagueune, ne dirigera plus de prières pendant très longtemps. Il est jugé coupable de viol suivi de grossesse.

Encore une affaire de viol. La salle 1 du tribunal régional de Dakar était, hier, le théâtre d’une histoire assez peu ordinaire. Oumar Thioubou, un imam, est accusé des délits de charlatanisme suivi de viol avec grossesse sur la personne de K. S. Les faits se sont déroulés sous la tente qui lui servait de logis au marché. Le septuagénaire, libraire de profession et imam à l’occasion, avait l’habitude d’accueillir ses clients pour des bénédictions de toutes sortes. ‘‘On m’a recommandé Oumar Thioubou que je suis partie voir pour régler mes problèmes conjugaux. Sur place, après avoir formulé des prières, il m’a prescrit de l’eau bénite. Quelques minutes après l’avoir bue, je me suis endormie’’, a déclaré la victime.

Sûre de ses déclarations, elle poursuit : ‘‘Je me suis réveillée 5 minutes plus tard et j’ai trouvé que toutes mes parties sexuelles étaient souillées. Ensuite, je suis resté deux mois sans voir mes règles. C’est là que j’ai su que j’étais en état de grossesse.’’ L’accusé reconnait avoir rencontré K. S., mais nie avoir entretenu un quelconque rapport physique avec la victime. ‘‘Elle est venue me voir pour des prières ; ce que j’ai fait. Mais je ne lui ai jamais donné de potion magique. Autre chose : moi, je suis atteint d’un cancer de la prostate. J’ai subi une opération depuis 2013. Par conséquent, je ne peux plus avoir d‘enfant’’, rétorque le vieil homme.

Les témoignages qui accablent l’imam
Au moment des témoignages, la tante de la victime est venue confirmer les dires de sa nièce. Elle déclare avec certitude que c’est bel et bien le vieil Oumar Thioubou qui est à l’origine de cette grossesse non désirée. ‘‘Lorsque la mère de K. S. m’a parlé de la grossesse de sa fille, je me suis moi-même rendue au lieu de travail du vieux pour lui faire part de la situation. Au début, il a nié les faits, mais après avoir discuté avec lui, il a fini par tout accepter’’, a vigoureusement relaté la dame. Elle poursuit et atteste que le prévenu lui a même versé la somme de 24 mille francs pour les frais médicaux de la fille. Le deuxième témoin abonde dans le même sens que le premier. ‘‘Nous sommes parties le voir au marché et nous avons discuté. Il nous a demandé de la discrétion, qu’il allait prendre en charge toutes les dépenses’’, conclut-elle.

Dans la salle bondée de monde, les murmures fusent de partout et le juge est obligé d’exiger le silence. Le ministère public s’est appuyé sur les articles 234 et 320 du Code pénal pour entrer en voie de condamnation. D’après lui, malgré les contestations du prévenu, ses aveux circonspects ne peuvent être ébranlés. Il a ainsi soulevé la mauvaise foi du vieux Oumar Thioubou et a requis une peine d’emprisonnement de 5 ans ferme. Les conseils de la défense, après avoir plaidé non coupable, ont demandé la relaxe pure et simple de leur client. ‘‘Jusqu’à présent, la partie civile n’a présenté aucune preuve concrète à l’encontre de mon client’’, s’est défendu l’un d’entre eux. Les avocats ont botté en touche toutes leurs accusations et s’agrippent à l’argument médical de l’imam. Aux nombre de trois, ils ont remis en cause la bonne foi de K. S. et celle des témoins. Mais cela n’empêchera pas le tribunal de condamner leur client à une peine d’emprisonnement

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*