Yopougon/Abidjan : Des pasteurs attaqués et ligotés dans leur église

Infos

Yopougon : Des pasteurs attaqués et ligotés dans leur église

Une partie de la nuit du 20 au 21 septembre 2017 n’a vraiment pas été bénie de Dieu, pour les pasteurs K.C. et H.B. A moins qu’ils n’acceptent leur sort comme on l’entend de la part de croyants qui soutiennent que « Tout ce que Dieu fait est bon ». En tout cas, des envoyés de Lucifer sont venus leur imposer leur diktat.

Cette nuit-là, en effet, informent nos sources, voulant profiter de la fraîcheur de l’air naturel, le pasteur K.C. et son collègue H.B. décident de passer la nuit sous le préau de leur temple, situé au quartier « Lièvre rouge », à Yopougon. Les deux guides religieux ne tardent pas à faire de doux rêves, sous la bienveillance de Dieu le Père.

Malheureusement, les choses vont se passer assez mal pour eux, avec l’entrée en action d’individus qui méritent franchement d’être évangélisés par eux. Des individus sur la tête desquels, ils doivent imposer leurs mains et hurler : « Satan sort de ce corps ! ».

En effet, aux alentours de 3h du matin, cinq quidams pénètrent dans les locaux de l’église, en escaladant la clôture. Les deux hommes de Dieu sont brutalement sortis de sommeil, par ces gangsters munis d’armes à feu. Après avoir tenu en respect les deux pasteurs, les malfaiteurs les brutalisent au passage, avant de les ligoter solidement.

Cela fait, les scélérats passent au crible les locaux de l’édifice religieux. Ce qui leur permet de voler de l’argent dont le montant nous est inconnu. Mais ces mauvais garçons, qui s’empiffrent à la table du diable, ne s’arrêtent pas là. Pour eux, la chorale de l’église, dont les chants d’adoration et de louange ne sont pas faits pour les arranger, doit se taire. En tout cas, pour un bon moment. Le temps que les quêtes des fidèles soient réunies, pour réparer le tort. Ainsi, ils font main basse sur les appareils de sonorisation et mettent enfin les voiles.

Alertés au lever du jour, des éléments de la police se rendent sur les lieux et procèdent à un constat d’usage.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*